Nés pour être ensemble : La ballade de Jack et Julia

Jack et Julia ne le savaient pas, mais ils étaient nés à quelques heures d’intervalle, le même jour, dans la même ville et le même hôpital. Les infirmières les avaient même placés dans des berceaux voisins de la même maternité.

Bien que leurs familles ne se fréquentaient pas, elles vivaient dans le même quartier, allaient à la même église et ont inscrit Jack et Julia dans la même école primaire. Quoiqu’étant dans des classes différentes, les deux enfants étaient tout à fait conscients l’un de l’autre. Même enfants, ils se sentaient mutuellement attirés et échangeaient des regards et des sourires timides quand ils se croisaient dans le couloir ou s’apercevaient à la récréation.

Un vendredi après-midi, un groupe de garçons plus âgés se sont attaqués à Julia, alors âgée de huit ans, dans la salle à manger, et ont fait tomber ses livres. Jack est intervenu et a chassé les garçons. Puis il a ramassé les livres de Julia et les lui a rendus.

« Merci, a dit Julia. Je m’appelle Julia. »

« Je sais qui tu es, a répondu Jack. Je suis Jack. »

« Moi aussi, je sais qui tu es », a ajouté Julia en souriant.

La cloche a sonné et ils se sont séparés. Le lundi matin, Julia a cherché Jack dans le couloir, mais il n’est pas venu à l’école ce jour-là. Il n’est jamais revenu à l’école.

Julia ne savait pas que les parents de Jack avaient été tués dans un accident de voiture durant la fin de semaine et qu’il était allé vivre chez son oncle. Si la vie de famille stable de Julia s’est poursuivie sans interruption, celle de Jack est devenue un véritable cauchemar. Non seulement il a dû faire face au traumatisme émotionnel de perdre ses parents, mais son oncle l’a traité comme un moins que rien dès le moment où il est arrivé chez lui. Jack devait se contenter des restes des autres et n’était pas autorisé à manger avec ses cousins ni à jouer avec leurs amis; il ne portait que des vêtements usagés et était forcé de travailler dans l’atelier de son oncle chaque après-midi et toute la journée en fin de semaine. S’il se plaignait, il était battu. À son seizième anniversaire, Jack s’est enfui de la maison. Il dormait là où il pouvait et épargnait chaque sou qu’il gagnait en faisant des petits boulots, dans l’espoir d’aller un jour à l’université.

Ça lui a pris deux ans, mais Jack est finalement entré à l’université. Le premier jour, à sa première classe, la jeune femme assise à côté de lui a fait tomber son stylo. Jack l’a ramassé et le lui a tendu. Ils se sont immédiatement reconnus.

« Julia! »

« Jack! »

Ils sont sortis ensemble pour la première fois ce soir-là et se sont raconté tout ce qui s’était passé en dix ans depuis leur dernière rencontre. Ils ont découvert leur anniversaire commun et ont juré de ne jamais plus se perdre de vue. Ils se sont mariés à la fin de leur premier semestre d’études et attendaient leur premier enfant au moment où ils ont obtenu leur diplôme. Ils ont alors créé leur propre cabinet d’expertise comptable.

J’ai rencontré Jack et Julia (et découvert leur histoire incroyable) peu de temps après leur inscription à certains de nos cours d’astrologie et de chirologie au Centre Birla. À ce moment-là, ils célébraient leur 30e anniversaire de mariage. Jack n’était pas vraiment intéressé par la métaphysique mais, comme Julia l’était, il avait accepté d’étudier avec elle.

« Si ça lui fait plaisir, ça me fait plaisir », a dit Jack à notre première consultation.

« Nous nous soutenons toujours dans tout, même si nous avons des convictions et intérêts complètement différents, a ajouté Julia. Mais, Ghanshyam, peux-tu me dire pourquoi deux personnes nées pratiquement au même moment et au même endroit peuvent être si différentes? »

Je leur ai expliqué que, même s’ils étaient nés le même jour, et partageaient effectivement la plupart des mêmes planètes dans leurs thèmes de naissance, ils étaient nés à des heures différentes, ce qui signifiait que leurs ascendants étaient différents. L’ascendant est le signe du zodiaque qui se lève à l’horizon à l’est au moment de notre naissance. En raison de la rotation de la Terre, un nouveau signe apparaît à l’est environ toutes les deux heures. Notre ascendant joue un rôle énorme dans notre personnalité et dans la façon dont notre karma se déroule tout au long de notre vie. Quand Julia est née, l’ascendant était le Verseau; plus tard dans la journée quand Jack est né, c’était le Cancer. Cela conférait à Jack et à Julia des expériences de vie complètement différentes et signifiait qu’ils venaient au monde pour apprendre des leçons différentes.

En dépit de leurs nombreuses différences, Jack et Julia avaient la chance d’avoir des lignes de poorva punya dans leurs mains. Une ligne de poorva punya ou « bonne fortune » reflète un magnétisme rare pour attirer la bonne personne dans notre vie, quelqu’un avec qui nous partageons un but ou un destin communs. C’est une ligne qui défie le temps, vient retrouver les souvenirs de nos vies passées, nous réunit avec nos proches dans notre vie actuelle et nous attire vers le succès et le bonheur dans l’avenir. Le dévouement, l’engagement et la loyauté que nous éprouvons pour notre bien-aimé sont parmi les effets les plus puissants de la ligne de poorva punya.

« Je te remercie, Ghanshyam, a conclu Julia. Tu as confirmé ce que je sais au plus profond de moi depuis que je suis enfant… Jack et moi sommes des âmes sœurs. Nous sommes nés pour être ensemble. »

 

Voulez-vous en apprendre davantage sur vos relations? Appelez-nous au 866-428-3799, ou cliquez ici pour prendre rendez-vous. Nous sommes là pour vous aider.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *